Les Carnets d' Audrey hep

22 janvier 2012

Les chemins de la Liberté

Bonjour à tous,

aujourd'hui, j'ai décidé de vous écrire, moi , sans me cacher derrière mes personnages. Parce que je veux faire valoir mon droit d'expression, petit cri de fourmi sur une toile gigantesque. Touchera qui le lira, mais il est question dans ce post de vous et moi, de ce qui me révolte aux larmes, m'indigne au delà de tout. Je m'exprime rarement de cette manière, sur mes convictions les plus profondes. Il est plus évident de parler de ses passions d'un ton enjoué que de se livrer, nu, dans le silence du web, ou même face aux regards directs d'autrui. Taxez moi d'idéaliste, de jeune femme naïve, de douce rêveuse. Parfois j'ai l'impression que je pourrais me promener avec un néon "je suis une licorne" au dessus de la tête que mes idées remporteraient les mêmes sourires. Mais qu'importe?

Il est aisé de croire que la Liberté au sens le plus noble, le plus parfait du terme nous est indéfiniment acquise. Que les barbares du passé n'avaient rien compris, que notre monde est libre, beau, un monde d'abondance. Il nous est encore plus aisé de cesser de croire en un monde beau, de nous plaindre des continuels aléas de la vie, de perdre la plus petite limite entre ce qui est supportable, et ce qui ne l'est pas.

Je ne dirais pas que le monde d'aujourd'hui n'a jamais été aussi individualiste, égoiste. Parce que je n'y crois pas. L'humain, c'est comme ça à toujours été cappable du pire, comme du meilleur. En genre 4000 années de véritable , "rapide" évolution de l'humanité nous n'avont finalement jamais progressé sur les points les plus essenciels de notre existence:   La vie, la mort, l'amour, la famille, les amis. La guerre,la faim, la soif, la douleur, la chaleur, le bonheur comme le désespoir, l'envie, le désir, le partage. Cela  n'a jamais varié. Es-ce une raison pour baisser la tête, la rentrer dans les épaules et continuer d'ignorer la marche du monde? Certainement pas.

Parfois je me dis que rien ne peut me briser. Parfois je me sens balayée de douleur, devant l'évidente défaite de mes idéaux. Et pourtant, je nie, j'avance, je ravalle ma colère et mes larmes et je souris. Inlassablement.

Je brûle pourtant de colère, quand je constate que plus un journal télévisé ne parle plus de la Syrie. On à fait notre B.A, un journaliste est mort, on à diffusé pendant quelques semaines 20 secondes de bombardements et 10 de bilan fait à la louche , et l'on considère que celà n'a plus aucun intérêt. On élimine de nos mémoires des milliers d'hommes et de femmes, qui ne perdent jamais espoir.

On constate à quel point la liberté peut se transformer rapidement en une immense  menace, sans pour autant réagir. Qui sait que depuis 6 mois, la corne de l'Afrique souffre d'une famine sans précédent? 13 millons de personnes en danger. ET quoi? le silence.

Notre silence est celui de l'ignorance, et du mépris. J'ai du mal à me regarder dans une glace quand je réalise que j'ai passé un après midi à m'acheter des vêtements que je ne porterais jamais, à me plaindre de 3 kg en trop, à me goinfer de frites huileuses. Faut il pour autant culpabiliser? Ou considérer que l'on ne peut rien faire, que c'est le destin? Ni l'un, ni l'autre. On peut s'informer. En parler. Simplement y penser. Pour moi le silence, l'oubli est un gouffre, la seule abysse de notre existence. La seule part de néant de la vie n'est pas la mort, mais bien l'oubli.  C'est ce qui  me retient sur les bancs de la fac d'histoire, ce qui me tient tout court. Ce qui me motive, c'est de ne pas oublier.

 Autre sujet, en lien ou pas, je suis assez fatiguée et je manque de temps pour faire une transition correcte! Je suis une grande amatrice de séries débiles en tout genre, cappable de passer des week end en pyjama à regarder des trucs franchement niais sur mon PC. Je me suis indignée, insurgée tout d'abord contre la suppression de mon site favori, MU/MV. Puis, j'ai relativisé: c'est vrai que c'était pas clair-clair ces histoires! J'aime l'ordre, je suis très pro-justice donc ok, on à joué avec le feu et bien voilà le retour de flamme. Mais comme je m'insurge sur ceux qui ne s'informent pas et se contentent de se plaindre, je me suis un peu documentée, j'ai suivi l'actualité. Et j'ai décidé que pour moi, oui. La liberté d'expression sur internet est aujourd'hui en danger, la liberté d'expression tout court. Nous ne nous sommes jamais sentis aussi libres et pourtant nous n'avons jamais été autant policés, contrôlés, censurés.  

Ce soir j'ai parlé de l'affaire Anonymous-Hacktivists avec mon paternel. Il m'a parlé de ce qu'il avait compris aux infos de ce qu'il se passait. Il a bien compris ce que l'on voulait qu'il comprenne, et j'étais écoeurée. On présente déjà MU-MV comme la cause principale des révoltes, ce qui est faux. On décrédibilise tout débat et tous les arguments de ceux qui se remuent enfin en démontrant la malhonnêteté des dirigeants de MU. On fait de l'amalgame, de l'anti-information. On voudrait nous montrer les actions d'Anonymous, les pétitions d'Avaaz, les mouvements de soutient à la liberté d'expression comme des micro phénomènes isolés, motivés par la seule disparition d'un site de partage de fichier douteux. 

Bordel, ça va au delà de ces explications foireuses. On parle d'internet libre, de libre expression, de là où la justice devient de l'ingérance, où la loi est censure. La vérité, c'est que les autorités ont peur. Vraiment peur. 

La fin du monde en 2012? certainement pas. La fin du monde tel que nous le connaissons? Certainement oui. Comme toujours. Lisez wikipédia bordel: Étymologiquement, le mot apocalypse est la transcription d’un terme grec (ἀποκάλυψις / apokálupsis) signifiant « mise à nu », « enlèvement du voile » ou « révélation ».

ça veut dire ce que vous voulez. Peut être qu'il est temps d'enlever le voile des illusions et de regarder la vérité en face. De suivre un conseil presque aussi vieux que le monde, un truc que je n'invente pas: éclairez vous, informez vous. Faites vous vos propres opinions, réfléchissez un peu. Ne vous la jouez pas "grand taré des questions existencielles" comme je le fais, mais je ne vous jetez pas tous crus dans une illusion qui tôt ou tard explosera.

 Je crois profondément au renouveau, aux merveilles de l'existence. j'ai une foi sans limites en la générosité humaine, en l'amour et en la compassion. 

Je suis certainement une poufiasse tyrannique moralisatrice, qui se prend pour un petit poney, se la joue ghandiste et qui ferait mieux de balayer devant sa porte avant de brailler. Je suis peut être tout cela, mais au moins, je suis une connasse informée. 

Je vous mets des liens où j'ai trouvé quelques infos, qui expliquent les choses et la page où vous trouvez la vidéo vostfr d'anonymous. Je vous conseille aussi quelques oeuvres et films,qui m'ont sortie de ma bulle de savon remplie de licornes, chaussures de mes rêves et de muffins à la myrtille.

1984, de Georges Orwell. L'Oeuvre qui ne s'oublie jamais.

 Never let me go. Un film absolument renversant, bouleversant. Quelle est la valeur d'une vie? Jusqu'où est il possible d'aller pour la prolonger? Comment peut on accepter l'inacceptable?

 La page Melty.Fr, où j'ai trouvé la vidéo Vostfr d'Anonymous.(site franchement moyen et article pas terrible, mais au moins la vidéo récente et entière  y est)  

http://www.melty.fr/anonymous-ils-appellent-les-citoyens-du-monde-actu92364.html

Un peu d'espoir pour la Syrie, la réaction de l'ONU dans le nouvel obs.

http://tempsreel.nouvelobs.com/la-revolte-syrienne/20120115.OBS8820/ban-ki-moon-a-assad-arretez-de-tuer-vos-concitoyens.html

http://www.avaaz.org/fr/save_the_internet_action_center_fr/?copy

je termine sur cette promesse: je posterai plus souvent. je voudrais vous parler de mes lectures, ajouter de nouveaux écrits,  quelques oeuvres comme ça et aussi des extraits du roman. 

à très bientôt, 

and don't forget: Big Brother Is Watching You

Audrey Hep.

Posté par audrey_hep à 03:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,